Mois : janvier 2022

Un colporteur arrive dans une ferme

Un colporteur arrive dans une ferme avec tout son attirail.
Mais il a beau sortir le linge, la vaisselle, les casseroles, la fermière répond à chaque fois qu’elle n’en a pas besoin.
A la fin il sort son dernier article : un balai à chiotte. Et là, miracle, elle se décide à l’acheter.
Six mois plus tard le colporteur repasse.
– Bonjour, madame. Vous me reconnaissez ? Alors vous êtes contente de mon balai ?
– Ah oui ! Je m’en sers régulièrement. Par contre mon mari, lui, est plus traditionaliste. Il préfère le papier hygiénique……

De la peine à mettre les bottes

C’est l’histoire d’une institutrice de maternelle, au milieu de janvier, le mois le plus dur pour tout le monde …
Un des gamins lui demande de l’aide pour mettre ses bottes pour aller en récréation et, en effet, elles sont vraiment difficiles à enfiler.
Après avoir poussé, tiré, re-poussé et tiré dans tous les sens, les bottes sont enfin chaussées et le gamin dit :
« Elles sont à l’envers, maîtresse ».
La maîtresse attrape un coup de chaud quand elle s’aperçoit qu’en effet il y a eu inversion des pieds…
Bref, nouvelle galère pour les enlever et rebelote pour les remettre mais elle réussit à garder son calme jusqu’à ce que les bottes soient rechaussées, aux bons pieds
Et là, le gamin lui dit avec toute la candeur qui caractérise les enfants :
« C’est pas mes bottes ».
A ce moment, elle fait un gros effort pour ne pas lui mettre une baffe, fait un tour sur elle-même en se mordant les lèvres, se calme et lui demande pourquoi il ne l’a pas dit avant …. Comme le gamin voit bien qu’il a contrarié sa maîtresse, il ne répond pas.
Elle dit alors :
« Bon, allez, on les enlève » et elle se met à nouveau au boulot.
Le deuxième pied est presque sorti quand le gamin poursuit :
« C’est pas mes bottes, c’est celles de mon frère, mais maman a dit que je dois les mettre ».
Là, elle a envie de pleurer mais, une nouvelle fois, elle se calme et entreprend de lui re- re- mettre ses bottes.
L’opération est enfin réussie et la maîtresse se sent fière d’avoir réussi.
Pour aller jusqu’au bout, elle le met debout, lui fait enfiler son manteau, lui met son cache-nez et lui demande :
« Où sont tes gants? ».
Et le gamin de répondre le plus simplement du monde :
« Pour pas les perdre, je les ai mis dans mes bottes. »

Voter à gauche ou à droite ?

Un jeune homme fait de l’autostop pour partir en vacances.
A peine installé, une première voiture, une limousine, s’arrête. Une porte s’ouvre et le conducteur demande à l’autostoppeur s’il a voté à gauche ou à droite à la dernière élection présidentielle.
– J’ai voté à droite, répond le jeune homme.
La porte se ferme et la superbe limousine s’éloigne en trombe …

Cinq minutes après, une deuxième voiture, une Ferrai, s’arrête. La encore, la porte passager s’ouvre et le conducteur demande à l’autostoppeur s’il a voté à gauche ou à droite à la dernière élection présidentielle.
– J’ai voté à droite, répond encore le jeune homme.
De nouveau, la porte se referme immédiatement et la superbe F40 poursuit sa route sans lui …
Tout ça est très surprenant et laisse notre jeune perplexe …

Quelques minutes plus tard, un superbe Z4 décapotable de la célèbre marque bavaroise s’arrête et rebelote … La porte passager s’ouvre et le conducteur demande à l’autostoppeur s’il a voté à gauche ou à droite à la dernière élection présidentielle.
– J’ai voté à gauche, répond alors le jeune homme.
La conductrice, une superbe blonde l’invite alors à monter à ses côtés. Courtement vêtue, très jolie, elle provoque l’émoi de notre autostoppeur qui se dit en lui même : Bon sang, cela fait à peine 5 minutes que je suis socialiste et j’ai déjà envie de baiser quelqu’un !

Viens me pousser

Un mec complètement bourré vient sonner avec insistance chez des gens en pleine nuit.
L’homme de la maison se lève et demande furieux :
– Qu’est-ce que tu veux ?
L’autre lui répond :
– Viens me pousser !!! Il faut que tu viennes me pousser !!!!
Excédé le propriétaire de la maison lui dit :
– Je ne te connais pas, et en plus il est 4 heures du matin, tu me réveilles pour me dire de te pousser et j’en ai pas envie, alors dégage d’ici et ne me déranges plus !!!
De retour dans la chambre, il se remet au lit, mais sa femme qui a tout entendu, le sermonne :
– Quand même tu exagères, cela t’est déjà arrivé d’être en panne la nuit, tu aurais pu le pousser ce pauvre type.
– Ouais, mais il fait froid et en plus il est bourré !!!
– Raison de plus pour l’aider, il ne va pas y parvenir tout seul. Non ?? Vraiment, je ne te reconnais pas, je suis très déçue de ton attitude…!!!
Son mari, pris de remords, se rhabille et descend.
Il ouvre la porte et crie :
– Eh mec !!! C’est d’accord, je me suis habillé exprès pour venir te pousser !!! Tu es où ?
Et le mec bourré répond :
– Là, sur la balançoire…!!!

Il amène ses souliers à réparer

Fin août 1939, un homme apporte ses chaussures à ressemeler chez le cordonnier.
Trois jours plus tard, la guerre est déclarée. Mobilisé, il part au front, et il est fait prisonnier. Libéré par les Russes en 45, il se bat avec un officier, ce qui lui vaut dix ans de Goulag. Échangé par la Américains, il se retrouve au États-Unis et s’y installe.
Et voilà que quarante ans après, il revient en France en touriste. Bien entendu, cet homme va revoir sa rue. Elle a beaucoup changé, sauf la cordonnerie qui est toujours là. Alors, par curiosité, il entre et demande au vieil homme derrière sa machine :
– Il y a longtemps que vous êtes installé ici ?
– Oh, mon pauvre monsieur, depuis l’avant-guerre !
– Alors c’est à vous que j’avais confié mes chaussures à réparer ! C’était fin août 1939. Trois jours plus tard j’étais mobilisé…
Il lui raconte toute son histoire. Et il ajoute :
– Au fait, vous les avez peut-être encore mes chaussures ? Ce serait drôle…
– Attendez je vais voir… fait le vieux.
Il soulève sa trappe et descend au sous-sol. D’en bas il crie :
– Elles sont comment, vos chaussures ?
– Jaunes !
– Avec des bouts carré et des lacets marron ?
– Oui !
– Elles seront prêtes jeudi……

Il creuse des trous

Deux cantonniers sont en train de travailler. L’un creuse des trous et l’autre les rempli peu après. Ils travaillent durs toute la journée sans pause.
Un passant, fasciné par ce spectacle, demande au « creuseur de trous » : « je trouve fantastique l’engagement et l’enthousiasme que vous investissez dans votre travail. Mais dites-moi, ça sert à quoi tout cela ? Vous creusez et votre compagnon rempli de suite les trous ? »
Le creuser de trous essuie sa sueur, gémit et dit finalement : « D’habitude on est à trois. Mais le collègue qui plante les arbres est malade aujourd’hui ! »

Visite chez le médecin ?

Ça se passe un dimanche matin. Un monsieur est victime d’une crise d’hémorroïdes carabinée.
Ne voulant pas déranger le médecin un dimanche, il demande à son épouse si elle ne connaît pas un remède de « bonne femme ».
Elle lui répond qu’effectivement, elle se souvient que sa grand-mère utilisait des cataplasmes à base de marc de café.
Alors le monsieur suit les conseils de son épouse et s’applique sur le fondement des compresses imbibées de marc de café pendant toute la journée.
Le lundi matin, il décide malgré tout de consulter car la douleur est encore très importante.
Le médecin le reçoit, le fait se déshabiller puis se pencher en avant.
Le monsieur reste comme ça, en position pendant cinq bonnes minutes, puis il commence à s’inquiéter :
– Alors Docteur, qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce que vous voyez ?
Et le docteur répond :
– Je vois… des changements dans votre carrière… un grand amour avec une belle jeune femme brune… de l’argent, beaucoup d’argent……