Sport et jeux

Le parieur du PMU

J’ai toujours cru aux rêves, raconte un turfiste. C’est pourquoi j’ai pris pour un signe du destin d’avoir vu dans un songe un pur-sang dont le jockey portait un énorme 7 sur sa casaque. En m’éveillant, j’ai vu qu’il était 7 heures 7 et qu’on était le 7 du mois. Un coup d’oeil aux journaux m’a appris que, dans la septième course, était engagé un cheval nommé Sept Nains.

J’ai réalisé, aussitôt, tout mon avoir, 7 000 Euros, que j’ai misé sur ce cheval.

– Et bien sûr, il a fini premier ?

– Non. Septième…

Le joueur

Deux amis se rencontrent. L’un, joueur invétéré dit à l’autre :

Il faut que je t’annonce une grande nouvelle : j’arrête de jouer ! Plus de casino, plus de tiercé, plus de poker…

Bravo, lui dit l’autre. Mais pardonne-moi, te connaissant, j’ai du mal à y croire. Je suis même sûr que tu ne tiendras pas !

Ah bon ? Tu paries combien ?

Les nains jouent au foot

Une association de nains a monté un club de football, et, chaque dimanche, ses équipes jouent l’une contre l’autre. Après le match, tous vont dans un café où on leur réserve la salle du premier pour boire un vin chaud.

Un dimanche un client déjà éméché, accoudé au comptoir, voit soudain descendre dans l’escalier un, deux, puis trois, cinq, dix puis onze nains en maillot bleu qui traversent la salle, passent devant lui, et sortent dans la rue… Il se frotte les yeux et recommande un whisky.

A peine l’a-t-il bu qu’il voit un, deux, cinq, dix puis onze nains en maillot rouge descendre à leur tour l’escalier, passer devant lui, et sortir dans la rue. Alors il appelle le propriétaire du bistrot et lui dit à l’oreille : – Patron, je voudrais pas vous inquiéter, mais je vous signale que votre baby-foot se fait la malle !