Travail

Les laveurs de carreaux

Deux laveurs de carreaux viennent de passer la journée à nettoyer, de haut en bas, les quinze étages de vitres du siège d’une grande société de Bruxelles. Le chauffeur du camion qui manoeuvre l’immense bras télescopique, redescend doucement leur nacelle et dès qu’ils ont mis pied à terre, il démarre.
Alors nos deux laveurs contemplent leur travail. Soudain l’un d’eux s’écrie : – Catastrophe ! On a oublié le grand bureau du dernier étage ! En plus, c’est celui du P.D.G., sais-tu ? Et le camion élévateur qui est parti !
– J’ai une idée, une fois, fait son collègue. On va monter sur la terrasse, je te tiendrai par les bretelles, et tu seras à la bonne hauteur pour faire les carreaux du grand patron !
Ils grimpent sur le toit, l’un enjambe la balustrade, l’autre le retient par ses bretelles. Elles se tendent, et il arrive effectivement au niveau des fenêtres en question. L’homme commence à nettoyer, suspendu dans le vide à plus de cinquante mètres du sol, quand tout à coup, il se met à rire comme un fou.
– Qu’est-ce que tu as à rigoler comme ça ? demande son copain.
– Excuse-moi, mais je suis en train de penser que si mes bretelles lâchent, tu vas les prendre en pleine gueule !

Les prévisions météo

Une équipe d’Hollywood tourne dans les Montagnes Rocheuses les extérieurs d’une superproduction. Le metteur en scène a fait la connaissance d’un vieil Indien qui prédit le temps à coup sûr. Et à la veille de chaque tournage, il va le consulter. Si l’autre dit qu’il fera beau, on tourne et le ciel est tout bleu. S’il annonce la pluie, on annule, et effectivement il pleut. La veille de la dernière scène, la plus spectaculaire, avec des centaines de figurants, le réalisateur court voir son Indien.

– Alors demain, quel temps ? Soleil ou pluie ?

– Moi pas savoir …

– Comment ça ? Tous les jours tu me prédis le temps sans jamais te tromper et là tu ne peux pas ? Pourquoi ?

– Ma radio est cassée …

Un chômeur refuse un poste

Ce demandeur d’emploi écrit à la responsable de son agence :
Madame,
Je me permets de contester votre décision de me radier de la liste des demandeurs d’emploi. Certes, je le concède, j’ai refusé le dernier poste que vous m’avez proposé, mais mon parcours me donne toutes les excuses :
Longtemps, j’ai travaillé é Limoges … puis j’ai étais limogé.
Vous m’avez vanté la mobilité, j’ai donc accepté un emploi à Vire … et j’ai été viré.
Comme par miracle, vous m’avez trouvé un emploi à Lourdes … j’ai été lourdé.
Vous comprendrez que, dans ces conditions, je refuse catégoriquement le poste que vous me proposez à Castres …